Préserver la jeunesse des jambes

Dr. Valérie Leduc

Angiologin, Angiologie esthétique, La Réserve, Bellevue

août 20, 2022

Les jambes sont l’une des parties les plus importantes de notre corps et doivent être traitées comme telles. Préserver la jeunesse des jambes devrait figurer sur la liste des choses à faire de chacun. Au cours des dernières décennies, on a assisté à une recrudescence des maladies veineuses. Le système veineux permet le retour du sang des extrémités vers le cœur et la circulation pulmonaire. L’inefficacité veineuse signifie que le système veineux n’est pas en mesure de remplir ses fonctions. Les symptômes sont une lourdeur des jambes, des fourmillements, des crampes, etc. Les mesures préventives consistent à prendre des douches plus froides, à éviter de rester trop longtemps au même endroit, à faire régulièrement de l’exercice, etc.

Vous voulez en savoir plus ? Continuez à lire l’article du Dr Valérie Leduc.

Aujourd’hui, passer la barre des 50 ans ne devrait plus être perçu comme le pas du condamné vers la vieillesse. Nous avons, en effet, à notre disposition tout un arsenal de moyens pour retarder les effets du vieillissement et préserver nos capacités physiques et intellectuelles.

Que ce soit au niveau du visage, de la peau, de la silhouette, du système cardio-vasculaire, du système ostéo-articulaire, une bonne hygiène de vie et l’accès à la médecine préventive ainsi qu’à la médecine esthétique permet de rester « jeune » beaucoup plus longtemps. C’est aussi vrai pour nos jambes et le système veineux qui les draine… Au cours de ces dernières décennies, on a assisté à une masculinisation de la maladie veineuse (26% des hommes souffrent d’insuffisance veineuse. Ils représentent 15% des consultations en phlébologie contre 5% dans les années 80). La surcharge pondérale constitue indéniablement un facteur favorisant dans les deux sexes. L’augmentation du travail féminin est également considérée comme un facteur de risque. Malgré cela, les stades très évolués de la maladie deviennent de plus en plus rares

Un peu de physio-pathologie

Notre système veineux permet le retour du sang des extrémités vers le cœur et la circulation pulmonaire où il sera ré-oxygéné. L’insuffisance veineuse est l’incapacité d’une veine à jouer son rôle de retour veineux. Le vieillissement d’une veine entraine la modification de la quantité et de la qualité des fibres de collagène et d’élastine contenues dans ses parois. Il s’accompagne également d’une diminution du nombre de cellules musculaires dont le rôle est de contracter la paroi veineuse. L’insuffisance veineuse est plus fréquente chez les femmes surtout si elles ont eu plusieurs grossesses, si elles sont en surpoids et si elles sont sédentaires. La génétique joue également un rôle : il peut exister une prédisposition familiale contribuant au développement de l’insuffisance veineuse.

Les symptômes

L’insuffisance veineuse se manifeste fréquemment par une lourdeur des jambes, une sensation d’étau, des fourmillements, des crampes, des impatiences… Des œdèmes des membres inférieurs (jambes gonflées en fin de journée), des varices (dilatations des veines) et des télangiectasies dus à une fragilité capillaire peuvent apparaître, favorisés par une augmentation de la pression au niveau du réseau veineux.

Les complications

La peau en regard de la dilatation veineuse va se modifier et, à un stade avancé, peut s’ulcérer ou donner lieu à une rupture de varice. Actuellement les ulcères variqueux ont pratiquement disparu en raison d’une prise en charge précoce et efficace de l’insuffisance veineuse. Un autre risque important est celui de la thrombose veineuse. En effet, la dilatation de la veine et les modifications de ses parois s’accompagnent d’un ralentissement du flux sanguin (stase) et d’une activation du processus de coagulation sanguine, conduisant à la formation de caillots.

Les conséquences de la ménopause sur le système veineux

En période de pré-ménopause, la sécrétion de progestérone se tarit alors que la production d’estrogène est maintenue. Ce climat à prédominance estrogénique exerce des effets néfastes sur la circulation : gonflement des chevilles et des jambes dû à une extravasation des liquides au niveau des capillaires, dilatation des veines et apparition des varicosités inesthétiques. Un traitement hormonal substitutif de la ménopause aura des effets positifs sur la peau, les muscles, les muqueuses urinaires et génitales, la masse osseuse, le système cardio-vasculaire, mais pourra éventuellement aggraver des varices et/ou des varicosités préexistantes. Une prise en charge thérapeutique par un angiologue est alors indispensable.

Les mesures préventives

Certaines règles d’hygiène de vie doivent être respectées :

• Eviter toutes les sources de chaleur : chauffage par le sol, sauna et hammam, bain chaud (sortir les jambes hors de la baignoire) et privilégier le froid (douche fraiche sur les jambes).

• Eviter la station debout prolongée. • Pratiquer un exercice physique régulier : marche, vélo, natation…

• Surélever les jambes dès que possible (devant la télévision, en lisant…) ainsi que les pieds du lit.

• Masser les jambes avec un gel tonique veineux (camphre, menthol…) des chevilles vers le haut des cuisses.

• Faire quotidiennement des mouvements de gymnastique destinés à améliorer le retour veineux : allongée sur le dos, jambes verticales, faire des mouvements de flexion/extension des chevilles ainsi que des mouvements de rotation de celles-ci.

• Lutter contre la constipation (boire de l’eau, régime riche en fibres…).

• Lutter contre le surpoids.

• Porter des talons de 3 à 4 cm (ni plats ni hauts).

Les traitements

– Si les symptômes sont invalidants, le port de bas de contention classe 1 ou 2 soulagera les douleurs et les œdèmes.

– Si l’examen clinique et l’échoDoppler (examen des veines par ultra-sons et enregistrement des flux veineux) confirment la présence de varices, le traitement pourra relever, en fonction des cas, de la chirurgie (phlébectomie) et/ou de la sclérothérapie (injections de produits asséchant la veine malade).

– Les varicosités (dilatations des capillaires sanguins sous forme de vaisseaux éclatés) sont très inesthétiques mais ne sont pas dangereuses. Elles sont néanmoins à prendre en considération car elles donnent l’aspect de « jambes de vieilles dames ». La sclérothérapie, à condition de traiter d’abord les veines d’alimentation de ces plaques de varicosités, donnera toute satisfaction à court et moyen terme.

Quant au laser vasculaire, il se limitera à effacer les varicosités isolées et très fines. Il agit en coagulant par la chaleur les capillaires éclatés mais pour un effet « effaceur d’encre», l’indication doit être bien posée.

Vous pourriez également être intéressé par…

L’activité physique

L’activité physique

L'activité physique est toujours une bonne chose. Elle améliore également notre espérance de vie. Il existe...

L’Évasion

L’Évasion

La Suisse a beaucoup à offrir. Des vues à couper le souffle aux sites culturels, et tout ce qu'il y a entre les deux....

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *