Peut-on renforcer nos défenses immunitaires ?

smiling elder woman writing

Prof. Jacques Proust

Nescens, Clinique de Genolier

juin 29, 2022

La propagation mondiale du nouveau coronavirus SARS-CoV-2 et ses conséquences parfois désastreuses sur l’état de santé d’une fraction de la population suscite naturellement un grand intérêt sur les moyens éventuels destiner à mieux lutter contre cet agent pathogène en renforçant notre réponse immunitaire.

Qu’est-ce que le système immunitaire et comment fonctionne-t-il ?

Notre système immunitaire est constitué d’un ensemble interactif complexe de cellules, de tissus et d’organes chargés d’assurer la défense de l’organisme contre tout élément étranger ou anormal tels que bactéries, virus, cellules cancéreuses, molécules altérées, etc.

Le premier principe de fonctionnement du système immunitaire est de distinguer le « soi » du « non-soi ». 

Le soi est l’ensemble des molécules et des cellules qui constituent l’organisme ou qui permettent son bon fonctionnement. Le non-soi est, par opposition, l’ensemble des molécules, des cellules et des organismes provenant de l’extérieur (virus, bactéries, parasites, greffes, certains poisons). Cependant, des molécules et des cellules appartenant à l’organisme peuvent aussi être considérées comme « étrangères », parce qu’elles ont subi des modifications qui font qu’elles ne sont plus reconnues comme appartenant au soi. 

Pour le système immunitaire, le non-soi inclut donc des molécules et des organismes d’origine externe (potentiellement dangereux ou non) ainsi que d’origine interne (molécules modifiées par certains processus biochimiques ou cellules cancéreuses, par exemple).

Il est adaptatif et doué d’une grande plasticité. Il évolue au gré des contacts qu’il a avec des microbes ou substances étrangères au corps.

Lorsque le système immunitaire s’attaque par erreur à des cellules ou tissus sains de l’organisme, il peut causer des maladies auto-immunes. Le système immunitaire est d’autre part responsable du phénomène de rejet de greffe.

On appelle réponse immunitaire l’activation des mécanismes du système immunitaire face à la reconnaissance du non-soi. Le système immunitaire initie alors deux types de mécanisme de défense : la réponse innée non spécifique d’un élément étranger donné et la réponse adaptative, spécifique et dotée d’une mémoire. 

La réponse innée entre en action rapidement et constitue la première ligne de défense face à un agresseur. 

Elle permet la mise en route du système adaptatif, moins rapide, mais doté d’armes plus puissantes et plus spécifiques pour neutraliser l’agent pathogène. 

La réponse adaptative comporte en outre une mémoire immunologique. Elle conserve un certain temps le souvenir des combats livrés antérieurement contre des pathogènes. Des cellules spécifiques dites « cellules mémoire », permettent alors une réaction immunitaire plus rapide et plus efficace.

L’efficacité de notre système immunitaire décline avec l’âge : c’est l’immunosénescence

L’immunosénescence explique en partie la plus grande vulnérabilité des personnes âgées à de nombreuses infections et épidémies. 

Le vieillissement du système immunitaire contribue non seulement à l’augmentation de l’incidence des maladies infectieuses, à la diminution de la qualité de la réponse vaccinale, mais également à l’augmentation de l’incidence avec l’âge des maladies auto-immunes, des cancers, de l’ostéoporose, de certaines maladies neurodégénératives, du diabète et de la maladie athéromateuse.

L’immunosénescence affecte, à des degrés divers, aussi bien l’immunité innée que l’immunité adaptative. Elle se caractérise par restriction drastique du répertoire antigénique (variété des récepteurs cellulaires spécifique pour un pathogène), une diminution du nombre des cellules immunitaires activées par la reconnaissance d’un élément étranger et par une réponse plus lente. On constate également une dégradation de la « mémoire » cellulaire. Il semble en outre exister une activation basale permanente du système immunitaire par des débris cellulaires et des molécules altérées constamment générés dans notre organisme au cours du vieillissement. Cette activation est responsable d’une inflammation chronique (inflammaging) et de l’apparition de manifestations auto-immunes. 

L’immunosénescence est aggravée par diverses affections et par des facteurs externes comportementaux tels que tabagisme, carences protéiques alimentaires et déficits vitaminiques. 

Dans le contexte de l’augmentation générale de l’espérance de vie, l’immunosénescence pose des problèmes particuliers en santé publique.

Existe-t-il une « pilule magique » capable d’augmenter l’efficacité de notre système immunitaire ?

Bien que plusieurs micronutriments (vitamines A, C, D, E, B2, B6, B12, acide folique, fer, sélénium et zinc soient indispensables au développement d’un réponse immunitaire efficace et adéquate, aucun de ces éléments ne suffit en lui-même à assurer une super-immunité. Toutefois la vitamine D et le zinc sortent du lot pour la simple raison que leur déficit est extrêmement fréquent et semble avoir un profond impact sur la qualité de la réponse immunitaire. Il paraît donc raisonnable, particulièrement chez les personnes âgées, d’effectuer un dosage sanguin de ces deux éléments, et de proposer une supplémentation en cas de déficit avéré. Pour le reste, une alimentation variée et équilibrée devrait assurer un apport suffisant des autres micronutriments. Les différents « immuno-stimulants » proposés sur les médias sociaux n’ont pas d’activité scientifiquement démontrée.

Est-ce que notre mode de vie peut influencer le fonctionnement de notre système immunitaire ?

La qualité et la durée du sommeil modifient de nombreux paramètres immunologiques. Une durée de sommeil de 6 à 7 heures paraît adéquate pour assurer un fonction immunitaire optimale et se traduit par une diminution du risque infectieux, une guérison plus rapide et une amélioration de la production des anticorps en réponse à une vaccination. A l’inverse, un déficit chronique de sommeil favorise l’apparition de maladies à composante inflammatoire telles que le diabète, l’athérosclérose et les affections neuro-dégénératives.

De nombreuses études ont démontré l’effet bénéfique d’un exercice physique régulier et de courte durée (45 min) sur la fonction immunitaire, particulièrement chez les personnes âgées. A l’inverse, il semble qu’une activité physique intense et de longue durée telle que celle pratiquée par les athlètes de haut niveau puisse affecter le fonctionnement de l’appareil immunitaire et accroitre le risque infectieux.

Le stress psychologique peut également modifier de façon importante le fonctionnement de notre système immunitaire par le biais de la libération d’hormones neuroendocrines produites par le système nerveux. Comme pour l’exercice physique, un stress de courte durée représente un mécanisme fondamental de survie qui induit des effets positifs en préparant notre organisme à affronter les challenges auxquels il est soumis. En revanche, un état de stress chronique s’accompagne d’une immuno-suppression susceptible de favoriser à long terme l’apparition de maladies inflammatoires, auto-immunes et/ou cancéreuses.

En conclusion

Il n’existe pas de remède miracle susceptible de stimuler notre réponse immunitaire.

En revanche, une alimentation équilibrée et variée suffit généralement à apporter les micronutriments indispensables au fonctionnement optimal de notre système immunitaire. 

Une durée suffisante du sommeil, la pratique régulière d’une activité physique, ainsi qu’une bonne gestion du stress ont également un impact positif démontré sur la qualité et l’efficacité de notre système de défense contre les agents pathogènes. 

Vous pourriez également être intéressé par…

L’activité physique

L’activité physique

L'activité physique est toujours une bonne chose. Elle améliore également notre espérance de vie. Il existe...

L’Évasion

L’Évasion

La Suisse a beaucoup à offrir. Des vues à couper le souffle aux sites culturels, et tout ce qu'il y a entre les deux....

0 commentaires