LES ALLERGIES ALIMENTAIRES CHEZ LES ADULTES

Prof. Barbara Ballmer-Weber

Clinique de dermatologie et d'allergologie, Hôpital cantonal de Saint-Gall, Saint-Gall

mai 30, 2021

Les allergies alimentaires peuvent avoir de nombreux effets nocifs et potentiellement mortels. Ces effets peuvent inclure des démangeaisons, un gonflement de la langue, des vomissements, des diarrhées, des difficultés à respirer, de l’urticaire ou une baisse de la tension artérielle. Dans le monde développé, 6 à 8 % des personnes souffrent d’une forme d’allergie alimentaire. La gestion de votre allergie alimentaire consiste principalement à éviter l’aliment auquel vous êtes allergique. Les allergènes les plus courants sont, sans surprise, les noisettes et les cacahuètes. Si vous n’êtes pas sûr de votre état, il est préférable d’en parler à un nutritionniste. Ainsi, vous saurez avec certitude quels sont les aliments que vous pouvez manger et ceux que vous devez éviter !

Vous voulez en savoir plus ? Continuez à lire l’article du professeur Barbara Ballmer-Weber !

LES ALLERGIES ALIMENTAIRES CHEZ LES ADULTES : DE QUOI S’AGIT-IL ?

Dans une enquête menée auprès de centaines de personnes, 30 % des répondants ont déclaré qu’eux-mêmes ou un membre de leur famille souffraient d’une allergie alimentaire. Toutes sortes d’intolérances alimentaires, comme par exemple les flatulences après l’ingestion de légumineuses, l’intolérance au sucre du lait (intolérance au lactose) ou l’empoisonnement à l’histamine après la consommation de poisson pourri, sont attribuées à une allergie. Le terme d’allergie est réservé aux réactions immunitaires provoquées par des protéines. On estime que les véritables allergies alimentaires concernent au moins 2 à 8 % de la population adulte. Les réactions allergiques aux aliments se produisent généralement par épisodes, sauf s’il s’agit d’un aliment de base. Dans certains cas, les antécédents du patient peuvent déjà fournir le diagnostic. La situation devient plus difficile si vous êtes allergique à des aliments fréquemment consommés comme les œufs ou le lait.

LES ALLERGIES ALIMENTAIRES CHEZ LES ADULTES : QUE SE PASSE-T-IL ?

Fréquence en pourcentage de l’aliment allergène le plus important

Noisette : 48%

Arachides : 28%

Noix : 33%

Pêche : 28%

Tomates : 16%

Céleri : 65%

Carotte : 70%

Banane : 11%

Kiwi : 33%

Pomme : 42%

(exprimés en % des patients présentant une allergie alimentaire).

Avec la muqueuse buccale, la peau est le système organique le plus fréquemment touché par les allergies alimentaires. Les symptômes typiques sont une éruption cutanée, un gonflement, notamment du visage (œdème de Quincke), ou une rougeur aiguë de la peau. Il est très rare que ces manifestations se transforment en une poussée aiguë d’eczéma atopique. Des troubles isolés du tractus gastro-intestinal tels que nausées, vomissements ou diarrhée apparaissent rarement. Le syndrome d’allergie orale se retrouve chez plus de 80 % des personnes souffrant d’allergies alimentaires. Il se manifeste par des démangeaisons et un gonflement des lèvres, de la muqueuse buccale et du palais mou immédiatement après le contact de l’aliment en question avec la muqueuse buccale. Les symptômes des voies respiratoires se traduisent par un écoulement nasal allergique, un gonflement du larynx ou un essoufflement. La réaction la plus grave à un aliment est le choc anaphylactique. Certains facteurs peuvent exacerber la réaction allergique. Il s’agit notamment de la prise d’analgésiques ou de l’exercice physique. Les symptômes se manifestent généralement dans les minutes à quelques heures après avoir mangé.

Allergies alimentaires cachées

Le mode de vie actuel, avec des repas fréquents au restaurant et une forte consommation de produits tout prêts, rend difficile le contrôle de l’alimentation pour les personnes souffrant d’allergies alimentaires. L’ingestion sans le savoir d’un aliment allergène dit « caché » peut provoquer des incidents graves. Cela peut se produire par contamination lors de la cuisson, par exemple si le même ustensile de cuisine est utilisé pour la préparation de deux plats, ou si la composition d’un produit fini est soudainement modifiée par le fabricant. La déclaration du produit sur l’emballage d’un produit fini peut également être trompeuse. Par exemple, une personne allergique aux œufs doit savoir que, par exemple, un « agent liant » peut indiquer qu’un produit contient des œufs, ou une personne allergique au lait que, par exemple, des saucisses peuvent contenir du lait. Un autre risque d’exposition par inadvertance aux allergènes alimentaires est que même leur inhalation suffit à déclencher une réaction allergique grave chez certains patients. Cela a été démontré, par exemple, dans le cas des allergies au poisson. Chez certains patients souffrant d’une allergie aux voies respiratoires (notamment le rhume des foins), l’ingestion de certains aliments peut déclencher des symptômes allergiques. Ce phénomène est appelé « réaction croisée ». Les pollens les plus courants, ainsi que le latex, les acariens et les plumes d’oiseaux, peuvent avoir une réaction croisée avec de nombreux aliments.

COMMENT PUIS-JE SAVOIR SI J’AI DES ALLERGIES ALIMENTAIRES ?

Les antécédents détaillés du patient peuvent souvent fournir des informations sur l’allergène alimentaire responsable ; parfois, un journal alimentaire tenu par le patient est également utile. Comme pour tout type d’allergie immédiate, des tests cutanés sont généralement effectués en premier lieu. En outre, un test sanguin peut être organisé pour rechercher des anticorps spécifiques (IgE). Si les résultats des tests ne permettent pas de poser un diagnostic ou s’il n’y a pas de correspondance entre les résultats des tests et les antécédents du patient, l’exposition à l’aliment suspecté ne permet souvent qu’une clarification. L’exposition à l’aliment suspecté d’être allergène ne doit se faire que sous la surveillance d’un médecin formé en allergologie et dans des conditions hospitalières.

COMMENT TRAITER LES ALLERGIES ALIMENTAIRES CHEZ L’ADULTE ?

Souvent, les patients allergiques aux fruits et légumes crus peuvent supporter les aliments correspondants à l’état cuit. C’est notamment le cas si l’allergie alimentaire a été acquise à la suite d’une réaction croisée au pollen de bouleau. Une personne allergique aux pommes peut alors, par exemple, consommer de la compote de pommes sans aucun problème dans la grande majorité des cas. Il suffit souvent de frotter la pomme pour réduire l’allergénicité. En cas de doute, la thérapie la plus sûre est d’éviter les aliments qui provoquent l’allergie. Lorsqu’il s’agit d’aliments que l’on ne consomme pas tous les jours, comme le poisson, il est relativement facile de suivre un régime approprié (sans poisson, par exemple). La situation devient plus difficile en cas d’allergie à des aliments fréquemment consommés comme les œufs, le lait ou le blé. Un régime d’élimination d’un aliment de base impose des exigences plus élevées au patient. Il n’existe actuellement aucun protocole d’immunothérapie spécifique aux allergies alimentaires qui puisse être utilisé de manière systématique.

LES TRAITEMENTS ET LA PRÉVENTION :

  • Cuisez les fruits et légumes allergènes. Cependant, la cuisson ne suffit pas toujours à inactiver les allergènes (par exemple le céleri) ou est même totalement inefficace pour certaines allergies alimentaires comme les cacahuètes ou le poisson.
  • Ayez toujours sur vous une trousse d’urgence contenant un antihistaminique et un corticostéroïde, avec un stylo d’adrénaline pour les symptômes plus graves.
  • Évitez d’ingérer des aliments allergènes.
  • Demandez conseil à un nutritionniste.

LES RÉACTIONS CROISÉES ENTRE LES ALLERGIES RESPIRATOIRES ET LES ALIMENTS

Vous pourriez également être intéressé par…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code