La colocation: à tenter!

elderly roommates

février 17, 2021

Partager un appartement n’a jamais été aussi facile et agréable. Cela se fait généralement à l’université, afin que les frais de loyer et autres soient répartis entre les colocataires. Évidemment, cela peut aller dans les deux sens : vous pouvez développer une grande amitié, voire une romance. Mais d’un autre côté, les choses peuvent très vite tourner au vinaigre si vous ne vous entendez pas. C’est ce qui peut arriver quand il y a un manque d’options. Lorsque vous arrivez à la retraite, cela peut définitivement devenir une option, non pas parce que vous devez partager, mais parce que vous le voulez. C’est certainement une excellente façon de vivre la vieillesse sans se sentir seul et triste. Cela peut également être organisé afin d’éviter d’aller dans une maison de retraite. La colocation peut être une expérience vraiment étonnante, essayez-la !

Vous voulez en savoir plus ? Continuez à lire l’article !

Depuis quelques années apparaissent sur Internet des annonces d’un genre nouveau sur les sites des seniors. Elles émanent de personnes cherchant à s’engager dans l’aventure de la colocation.

L’expérience n’est pas nouvelle, beaucoup de jeunes la tentent durant leurs études. Partager un même appartement avec une ou plusieurs personnes inconnues, permet de limiter les dépenses en divisant les frais du loyer et des charges. La colocation dure le temps de l’université ou jusqu’au moment où les protagonistes s’engagent dans une relation sentimentale stable.

Arrivés à l’âge de la retraite, les prétendants à cette manière de vivre n’ont plus les mêmes motivations. Plus question cette fois de court terme, mais d’engagement dans un nouveau mode d’existence où se partagent toujours les frais, mais également les tâches, les joies et les peines du quotidien. Une manière nouvelle de lutter contre la solitude et la perte d’autonomie sans pour autant prendre le chemin de la maison de retraite. Le concept nous vient d’Europe du Nord et commence à avoir ses adeptes dans notre pays.

Depuis 1998, la Suisse romande aborde timidement la question avec ce que l’on appelle les « appartements domino » (domino= DOMIcile Nouvelle Option ; et signifie bien « Assembler pour mieux vivre ensemble ») imaginés par le Professeur HermannMichel Hagmann. Installés au cœur d’immeubles locatifs traditionnels où vivent des personnes de toutes générations, et qui doivent se situer au centre-ville, ou au cœur d’un quartier animé, ces appartements gérés par les Centres Médico Sociaux (CMS) proposent la colocation aux séniors qui le souhaitent. Il faut savoir que le nombre de colocataires est limité à 4/5 personnes, de façon à faciliter l’intégration sociale et les relations intergénérationnelles avec le reste de l’immeuble et du quartier. Chacun dispose de sa salle de bain, de sa cuisine et de son espace personnel entretenu par une auxiliaire de vie. Le Valais est précurseur en la matière, suivie par le Jura, tandis que le canton de Vaud envisage lui aussi d’implanter des appartements Domino. Les appartements Domino sont des appartements intégrés avec encadrement médico-social; il ne s’agit pas d’appartements dits protégés, dont le nombre est malheureusement trop grand pour éviter le risque de ghettoïsation. Ce mode de vie permet aux séniors de se retrouver dans leurs meubles et de bénéficier des services d’auxiliaires de vie et des repas à domicile pour une somme raisonnable tournant, loyer compris, autour de 2000 francs par mois.

Coloc’ mode d’emploi

L’expérience de la colocation tente également des personnes de 40, 50, 60 ans et plus, désireux de vivre en communauté en toute liberté, sans pour autant passer par les services d’un CMS. En quête d’un nouveau projet de vie convivial et solidaire, ils s’y engagent, seuls ou en couple, bien décidés à ne rien perdre de leur indépendance. Les sites d’annonces de colocations pour les plus de quarante – cinquante ans proposent plusieurs possibilités: des logements proposés à la colocation par un propriétaire qui n’y vit pas ou qui ne l’occupe que partiellement, ou des recherches d’autres personnes pour former une colocation mixte ou exclusivement féminine ou masculine. Sans passer par ces annonces, certains candidats à la colocation préfèrent se lancer dans l’aventure avec des amis de longue date avec lesquels ils préparent ce projet depuis longtemps.

L’expérience peut être extrêmement positive, mais peut aussi tourner au fiasco si certaines précautions n’ont pas été prises. L’éclatement des familles, l’angoisse de la solitude, les avantages financiers, le désir de ne pas dépendre de ses enfants, l’envie de vivre autrement, poussent les seniors à franchir le pas de la colocation. L’envie de partager un lieu de vie sous le même toit avec d’autres personnes est louable.

Encore faut-il s’assurer que l’entente avec elles sera possible sur le long terme. Pour cela, il faut apprendre à se connaître, s’assurer que chacun a des attentes à peu près identiques, un caractère suffisamment sociable pour pouvoir envisager la colocation. Bien s’entendre ne dispense pas de fixer quelques règles avant même d’emménager tous ensemble. Elles doivent tenir compte de chacun et être réfléchies ensemble. En cas de litige, votre règlement, établi par écrit, sera incontestable et servira d’arbitre. Pour le règlement du loyer, sauf si votre bailleur a prévu une clause de solidarité, chaque colocataire est redevable de sa quote-part. Soyez attentifs au moment de la signature à la présence éventuelle de cette clause dont les effets peuvent être lourds. Si elle est mentionnée clairement dans le contrat de location, les autres locataires peuvent être contraints de payer l’intégralité du loyer si l’un d’entre eux déménage brusquement.

Bien se choisir

Que vous décidiez de vivre à deux, trois ou plus, le choix des protagonistes est primordial. Tout le monde ne vit pas au même rythme, n’a pas forcément les mêmes goûts. Si vous partagez la maison avec quelqu’un qui rentre se coucher à l’heure où vous vous levez, qui aime faire la fête alors que vous êtes plutôt casanier, la mésentente risque d’intervenir un jour ou l’autre. Le respect d’autrui est la base de l’harmonie dans ce type de cohabitation. Mais il reste préférable de trouver des personnes qui ont le même rythme de vie que vous et qui partagent certains de vos goûts. Sport, cinéma, jardinage, sorties, voyages. Le fait de partager les mêmes passions sera une bonne base pour votre futur quotidien.

Vous pourriez également être intéressé par…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code