Calvitie: combattre le mal à la racine

man losing his hair

Dr. Andrea Garbea

Dermatologue, Traitement au laser, Médecine esthétique, Lutry

avril 11, 2021

La perte de cheveux touche principalement les hommes. Un pourcentage stupéfiant de 85 % des hommes subissent une forme de perte de cheveux après 50 ans. Globalement, environ 60 % des hommes sont touchés par la perte de cheveux. La perte de cheveux est principalement d’origine génétique, mais elle peut aussi être due au stress, à la fatigue, à un traumatisme, etc. Heureusement, on peut faire beaucoup pour lutter contre la calvitie de nos jours. Il existe de nombreux traitements et solutions efficaces pour enrichir à nouveau votre chevelure. Le traitement le plus courant est basé sur le minoxidil qui ralentit la chute des cheveux et, dans certains cas, entraîne même leur repousse.

Pour en savoir plus, continuez à lire l’article du Dr Andrea Garbea.

La perte de cheveux est une pathologie typiquement masculine. Elle touche en moyenne 6 hommes sur 10 contre 2 femmes sur 10 seulement. Pire, la maladie du crâne dégarni serait source de complexe pour la majorité des hommes touchés: perte de moral, d’estime de soi, sensation de vieillissement accéléré… compliqué lorsque la chute se déclenche parfois dès la vingtaine, c’est le cas pour un bon quart des hommes.

D’avance pardon pour tous nos amis quinquagénaires, mais les chiffres font mal: près de 85% des hommes de 50 ans connaissent une perte de cheveux sévère, de celle qu’on repère facilement le matin devant son miroir. Mais rassurons-nous! Des solutions et des traitements efficaces existent pour retrouver cette sensation agréable d’une brise fraiche qui balaye les cheveux. Faisons le point sur l’origine de ce mal capillaire et sur les moyens d’y remédier avec le Docteur Andrea Garbea dermatologue à Lutry depuis près de 20 ans. A moins que résigné, vous ayez définitivement banni la brosse à cheveux de votre salle de bain et opté pour le rasoir.

DOCTEUR EXPLIQUEZ-NOUS, QU’EST-CE QUE LA CALVITIE OU L’ALOPÉCIE ?

La calvitie et l’alopécie, sont deux mots qui signifient la même chose, c’est le phénomène de perte accélérée des cheveux. Rassurez-vous, on perdra tous nos cheveux à un moment de notre vie parfois très tard mais là cela désigne bien une perte précoce. En général, dans le langage courant, on parle de calvitie pour désigner une chute de cheveux héréditaire chez les hommes. Le terme alopécie est plus utilisé lorsqu’il y a une perte de cheveux diffus ou en plaque. Pour qu’une chute de cheveux soit considérée comme pathologique il faut que chaque jour 60 à 100 cheveux tombent de votre tête au fur et à mesure de la journée. Il y a bien sûr des signes avant-coureurs et visibles avec un dégagement progressif du front, du dessus des tempes ou du sommet du crâne et des cheveux qui bien souvent deviennent de plus en plus fins. La calvitie est un phénomène très courant chez les hommes et qui touche près de 60% de la population masculine, cela commence en moyenne entre 20 et 35 ans mais peut bien sûr se déclencher plus tard ou plus tôt. Pour les femmes la proportion est plus réduite, environ 30% sont concernées avec un début de chute autour de 40 ans.

POURQUOI LES CHEVEUX TOMBENT ?

Le facteur génétique est responsable à près de 90% de la chute des cheveux. Sa principale cause est un excès ou une sensibilité aux hormones mâles, un excès qui est très souvent de source héréditaire. Si votre père est dégarni, vous aurez de grandes chances de l’être mais cela peut aussi sauter des générations, un grand oncle peut aussi être la source de votre perte de cheveux. Concrètement, les hormones mâles vont accélérer le cycle de vie du cheveu, rendant la chute plus rapide. En d’autres termes ils accélèrent la repousse de cheveux sauf qu’après plusieurs cycles de perte-repousse, le cheveu ne repousse plus et le front ou les golfes sur les côtés du front se dégarnissent. Chez les femmes les hormones androgènes impliqués dans la chute de cheveux sont très actives pendant la ménopause. Ensuite, d’autres facteurs comme le stress, la fatigue, les traumatismes ou les états de choc peuvent causer des chutes temporaires. Un accident de voiture, une maladie violente, ou encore la perte d’un proche peut être un élément déclencheur qui va provoquer même 2 ou 3 mois plus tard la chute de cheveux. Les changements de saisons jouent aussi avec des pertes de cheveux plus marqué au printemps et en automne, j’observe d’ailleurs souvent des pics de consultations dans mon cabinet à cette période. Les pelades ou les champignons peuvent aussi attaquer le cuir chevelu et entrainer une perte temporaire. Certains médicaments peuvent aussi jouer comme la chimiothérapie. Il y a aussi alopécie due à la traction des cheveux et à un phénomène physique : les queues de cheval régulières, le port d’un bandana ou tout simplement si on tire sur les cheveux souvent à cause d’un tic. Une alimentation déséquilibrée et des carences de certaines vitamines comme les vitamines H ou B6 ou de fer peuvent jouer. Tous ces facteurs sont à l’origine d’environ 10% des pertes de cheveux pathologiques.

COMMENT SAVOIR SI UNE PERTE DE CHEVEUX EST PATHOLOGIQUE ?

On va demander aux patients de se laver les cheveux et de compter ceux qui tombent tous les jours pendant 5 jours. Si on compte moins de 60 cheveux tombés par jour ce n’est pas pathologique, au-delà ça peut l’être. On peut aussi prélever une petite touffe de cheveux et la passer au microscope pour voir la proportion de cheveux en situation de chute. Si cette proportion est supérieure à 30-50% c’est que la perte est bien pathologique. Il faut aussi bien diagnostiquer s’il n’y a pas un champignon ou une infection du cuir chevelu qui pourrait être responsable. Une prise de sang pourra aussi déterminer s’il y a des carences ou un dysfonctionnement thyroïdien qui peut être responsable de la chute.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS POSSIBLES ?

Pour les 10% de personnes dont la chute est liée à des facteurs que l’on peut maitriser comme des carences ou à des agents extérieurs comme des champignons ou des infections, il suffit simplement de traiter ces désordres pour que le problème de la chute disparaisse. Pour les 90% de personnes touchées de manière héréditaire c’est plus compliqué. Dans tous les cas, plus la perte de cheveux est décelée tôt, plus le traitement aura de l’effet. Les traitements les plus couramment utilisés sont ceux à base de Minoxidil. Un produit qui ralentit la chute des cheveux et provoque même parfois une repousse. Il existe sous forme de lotion à appliquer deux fois par jour. Le traitement doit être suivi «à vie» et ne doit pas être arrêté si on veut en garder le bénéfice. D’autres traitements efficaces pour les hommes se présentent sous forme de comprimés de Finastéride. Ces deux traitements ont de bons taux de réussite et permettent même la repousse partielle des cheveux chez certains patients.

ET SI COMPRIMÉS ET LOTIONS NE MARCHENT PAS OU SONT INSUFFISANTS ?

Bien sûr, il reste la greffe de cheveux. L’opération consiste à prélever des follicules autrement dit des racines de cheveux sur des parties où il y a plus de densité, souvent à l’arrière du crâne audessus de la nuque. Ces racines de cheveux sont ensuite replantées une par une sur les parties dégarnies de la tête. L’opération dure en moyenne de 2 à 3 heures pendant lesquelles environ 1500 implants sont prélevés et réimplantés, soit une quantité de cheveux allant de 3000 à 5000 cheveux, chaque implant étant porteur de 1 à 4 cheveux selon sa composition naturelle. Il n’y a pas de douleurs pendant l’opération qui se déroule sous anesthésie locale mais des tiraillements peuvent se faire ressentir après l’intervention et le front peut gonfler quelques jours à cause de l’anesthésie. Le résultat devient définitif 8 mois à un an après l’opération. Si une nouvelle séance est nécessaire, elle ne pourra se faire qu’après un intervalle de 1 an par rapport à la première séance. Au final cette opération est assez coûteuse mais reste la solution la plus efficace pour retrouver une densité capillaire à long terme. Après l’opération on peut aussi poursuivre un traitement au Minoxidil ou au Finastéride pour optimiser les chances de réussite.

Vous pourriez également être intéressé par…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code